Nuisibles - Les insectes volants
       

Les insectes volants

Les Insectes Volants

 

Les moustiques

 

 

                 

Le moustique tigre

Le moustique tigre est reconnaissable à ses rayures noires et blanches sur le corps et les pattes. Sa taille est généralement inférieure à celle du moustique commun. Ses ailes sont complètement noires et sans tâche. Son allure est pataude et il est facile à écraser en vol. Il apprécie généralement de voler autour des chevilles. Il porte également le nom de Aedes Albopictus.
Dans la plupart des cas, sa piqure est bénigne bien que ce moustique puisse être vecteur de diverses maladies comme la dengue, le chikungunya ou le zika. Pour transmettre ces virus, il doit au préalable avoir piqué une personne infectée.
Le moustique tigre établit le plus souvent ses quartiers chez des particuliers, dans de petites réserves d’eaux stagnantes. Une fois installé dans votre jardin, il est très difficile de l’en déloger.La taille du moustique tigre mesure moins d’1 cm. Ils sont généralement plus petits que le moustique commun (épais d’un demi mm, et long de 2 mm), alors que d’autres sont très balourds (épais d’1mm, et long de 8mm).

Le moustique tigre apprécie particulièrement l’environnement humain et colonise surtout les environnements urbains et péri-urbains. Dans ces environnements, le moustique tigre utilise toutes sortes de récipients et réservoirs artificiels d’eau (vases, pots, sous-pots, jouets d’enfants, bidons, gouttières, toits plats mal drainés,… ) pour y déposer ses larves. Il s’agit généralement de toutes petites réserves d’eau stagnante.

Pour lutter efficacement contre le moustique tigre, il est nécessaire de procéder selon plusieurs axes. Il n’y a pas UNE solution miracle, mais c’est la combinaison de plusieurs actions ou dispositifs qui vous permettra de profiter à nouveau de votre jardin aux heures où il attaque (matin et fin d’après-midi généralement).

Pour vous protéger, la mesure la plus importante à prendre est d’éliminer de votre

entourage toute source d’eau stagnante. Privilégiez également le port de vêtements longs, amples et clairs (le moustique-tigre et attiré par le noir).

                 

Le moustique commun

Il existe de très nombreuses sous espèces que l’on ne peut différencier qu’avec un microscope, ces sous espèces du moustique commun Culex pipiens sont parfois endémiques ou n’apprécient qu’un type de milieu.

Entre 5 et 7mm de longueur, les différences sexuelles chez le moustique sont peu visibles, les antennes en plumeau chez les mâles est un indicateur. La femelle après s’être gorgée de sang a son abdomen déformé prenant parfois une couleur rouge caractéristique d’un bon repas. La femelle du moustique porte tous les maux de l’espèce en plus de piquer, c’est elle qui produit ce bruit qui nous empêche de dormir la nuit, il a pour effet d’attirer les mâles en vue d’un accouplement.

Le moustique commun habite à proximité des zones de reproduction, il ne vole pas très bien et se montre un peu fainéant dans ses déplacements, le vent est un allié de taille quand il doit se déplacer sur de longues distances. Il apprécie les étendues d’eau stagnante plutôt chaude. En foret on le trouve dans les fossés et les flaques d’eau. En ville, le Culex pipiens vit dans les évacuations d’eau pluviale et les sous coupes des pots de fleurs où l’eau est stagnante. Tous ces milieux sont des gites larvaires.

Les larves de moustiques se développent dans l’eau, une eau riches en nutriment mais souvent pauvre en oxygène. Entre l’œuf et la forme volante, sonore et parfois douloureuse s’écoule une dizaine de jours et 4 mues. Au cours des 3 premières mues, le moustiques respire dans l’eau par un tube respiratoire qui se trouve à l’opposé de sa tête. Le moustique commun peut pondre jusqu’à 200 œufs, 2 fois par semaine.

 

 

 

 

Les frelons et guêpe

   

 

Le Frelon Européen d'une taille de 35 mm, il est plus grand et se distingue par son corps taché de roux, de noir et de jaune, impossible à confondre par sa taille et sa ccolaration. Son abdomen est jaune rayé de noir. Le nid a toujours une large ouverture dirigée vers le bas ; il est généralement construit dans un tronc creux ou sous un abri, parfois dans le sol, mais jamais en haut des grands arbres.

L'émergence des premières ouvrières se produit 4 à 5 semaines plus tard. Celles-ci élaborent de nouveaux rayons et bâtissent une enveloppe protectrice autour du nid. Fin septembre, le nid peut contenir plusieurs centaines, voire un millier d'individus. Le Frelon chasse toutes sortes d'insectes, mais 90% de ses proies sont des mouches. L'insecte accumule la nourriture dans une sorte de jabot. La piqure du frelon n'est pas plus dangereuse que celle d'une guêpe. Le danger vient seulement du fait qu'il est plus agressif que sa "cousine".

      

 

Le Frelon Asiatique est très facile à reconnaître, les adultes sont brun noir et apparaissent, de loin, comme des taches sombres sur le nid. Il possède un thorax entièrement brun noir velouté et des segments abdominaux bruns, bordés d’une fine bande jaune. Seul le 4e segment de l’abdomen est presque entièrement jaune orangé. La tête est noire, la face jaune orangée, les pattes jaunes à l’extrémité. De couleur sombre, il est difficile à confondre avec le Frelon d’Europe, Vespa crabro. Mesurant environ 3 cm de long, il est aussi un peu plus petit que ce dernier. La différence est particulièrement nette chez les reines, dont la taille atteint au plus 3,5 cm.

Comme, le Frelon d’Europe, construit un volumineux nid de fibres de bois mâchées formant un papier grossier ; le nid est composé de plusieurs galettes d’alvéoles entourées d’une enveloppe faite de larges écailles de papier, striées de beige et de brun.

L’orifice de sortie est petit et latéral alors qu’il est large et basal chez le Frelon d’Europe. Le nid primaire du Frelon asiatique est généralement construit dans un endroit abrité (ruche vide, cabanon, trou de mur, bord de toit, roncier…) mais, comme chez le Frelon d’Europe, si l’environnement devient défavorable ou l’emplacement trop étroit pour la colonie en croissance, celle-ci se délocalise dans un nouveau nid dès que les ouvrières l’ont construit dans un endroit plus

favorable (en général au cours du mois d’août). Le nid du Frelon asiatique est sphérique quand il est abrité, mais il peut devenir ovalaire et atteindre jusqu’à 1 m de haut et 80 cm de diamètre quand il est fixé, comme c’est souvent le cas, à plus de 15 m de haut dans un grand arbre, la présence de la colonie n’est souvent décelable qu’en observant les ouvrières aller et venir dans le feuillage, car le vol du Frelon asiatique est beaucoup plus discret que celui du Frelon d’Europe. Cela peut expliquer que les nids ne sont souvent remarqués que plusieurs années après l’arrivée du Frelon.

Comme chez toutes les guêpes sociales européennes (Guêpes communes, Frelons et Polistes), les colonies du Frelon asiatique ne vivent qu’un an. Il est donc inutile de détruire un nid en hiver, puisque le peu d’individus qu’il peut encore contenir sont condamnés à mourir de faim ou de vieillesse avant le printemps.

 

      

 

La Guêpe Germanique, et la Guêpe Commune, sont beaucoup plus jaunes et plus petites que le Frelon asiatique. Elles mesurent entre 1 et 2 cm. Il est donc difficile de les confondre avec ce dernier. Leur nid, qui peut mesurer 1 m de diamètre, est généralement construit dans le sol ou des cavités d’habitation (conduits d’aération, faux plafonds, espace entre fenêtre et volets…). On le trouve parfois en milieu extérieur, où il peut alors être confondu avec celui du Frelon asiatique ; mais il est alors toujours installé dans des lieux protégés, sombres et dissimulés. Le nid est plus ou moins sphérique et l’orifice d’entrée est basal et très petit. L’enveloppe du nid est plus fine que celle des nids de frelons ; elle est de couleur grisâtre à brunâtre.

 

 

              

 

La Guêpe des buissons, est la plus sombre des guêpes françaises. Elle est plus petite que le Frelon asiatique, mesurant entre 1,5 et 2,2 cm. Son corps est noir avec de fins motifs jaune clair. Son abdomen est noir rayé de petites bandes jaunes. Elle a les pattes jaune, construit son nid en général dans des buissons ou les petits arbres à 1 ou 2 m de hauteur. Le nid mesure moins de 20 cm de diamètre, il est sphérique, pointu vers le bas. L’orifice d’entrée est petit, basal et légèrement sur le côté.

 

 

 

 

La mouche

D'une taille de 9mm, avec une pièces buccales suceuses (trompe), les yeux ne se touchent que chez le mâle ; corps gris, deux tâches plus claires sur l’abdomen.
Elle vit partout. Ce diptère est un important vecteur de bactéries et autres germes microbiens. En effet, lorsqu’elle visite des matières en décomposition comme dans le fumier, les germes se déposent sur ses pattes et ses ventouses. La mouche les redépose ensuite quand elle se pose sur les aliments, les transmettant ainsi à l’homme. Une seule mouche peut ainsi transporter plusieurs millions de microbes. Hémimétaboles (à développement complet) les larves ou asticots blancs se développent dans toutes sortes de matières en décomposition, dans les détritus de tous genres, excréments d’animaux, domestiques ou ordures. Elles effectuent leur nymphose (passage de la larve à l’adulte) dans une enveloppe en forme de tonneau constituée de la dernière peau larvaire. Ce stade se nomme également « pupe ». On peut compter jusqu’à 5 générations de suite en 1 an en moyenne et parfois 15 dans les milieux particulièrement propices (comme les étables). Jusqu’à 15000 larves peuvent se développer dans 1 kg d’excréments de porc.

La chenille processionnaire du pin (papillon)

Les adultes sont des papillons nocturnes qui sortent de terre en été à une date variable selon les conditions climatiques, situation géographique. Le mâle vit pas plus d'une nuit et 3 à 4  jours pour les femelles. Le papillon est gris avec des motifs noirs et des taches blanchâtres. Les femelles pondent de 80 à 250 oeufs. Un mois aprés leur éclosion, les chenilles commencent à dévorer les aiguilles de l'arbre.

Pyrales, mites, teignes

Les pyrales indienne et méditerranéenne de la farine sont en fait de petits papillons. Le bout des ailes antérieures de la pyrale indienne est brun-rougeâtre et d’aspect cuivré, tandis que les ailes antérieures de la pyrale méditerranéenne sont gris-argenté avec des bandes transversales noires.
Selon l’espèce, il faudra de six à dix semaines pour compléter un cycle vital. Chaque femelle peut pondre 100 à 350 œufs. Les larves de pyrales sont d’un blanc beige et se nourrissent de farine, de céréales, de fruits secs, de noix, de cacao, de chocolat. Aussi, on rencontre souvent ces insectes dans la nourriture sèche pour animaux domestiques.

La teigne ou mite des vêtements ont les ailes de couleur jaune avec une seconde paire d'ailes pus claire ses larves sont blanches avec une tête brune. Dans l'environnement humain on la retrouve dans les habitations, les commerces, musées... elles s'attaquent aux textiles, tapis ou habits constitués de fibre d'origine animale.

 

 

 

 

 

 

 

La société

Nos certifications

Contact

7 av. des Biches, Le Clos Cabertou n°2
40130 Capbreton | contact@neoprotek.fr

 

05 58 74 75 27

 

 

Top